06 63 55 30 04

 Préparons l’alternative ensemble !

Lorsque la Lanterne est née, il y a maintenant plus de deux ans, la volonté de notre équipe était de proposer un autre regard sur notre Commune, plus proche des Sauveterriens, attentif à leurs attentes, à l’écoute de leurs besoins. Il s’agissait aussi et surtout de faire revivre le débat citoyen dans une commune qui n’avait plus d’échange démocratique ni de discussion sur les grands projets pour l’avenir.

Avec ces 5 numéros, nous avons pu à la fois faire le bilan de la mandature en cours, engager une campagne de proximité pour le maintien de notre bureau de poste et un débat public sur la salle des banquets, et faire des propositions nouvelles, notamment sur les enjeux éducatifs pour notre Commune. Ils nous ont permis de tracer les premières lignes de notre programme municipal, d’être en permanence à vos côtés pour discuter et de comprendre ce qui était nécessaire à la vie des Sauveterriens et de Sauveterre. Notre crédibilité, notre sérieux, notre indispensable engagement, nous le tirons de ce travail au jour le jour, inlassablement, à vos côtés. 

La campagne officielle des municipales va bientôt démarrer. Désormais, du fait du scrutin de liste, les citoyens ont à se prononcer non pour ou contre des individualités, mais au regard d’un programme porté par une équipe de femmes et d’hommes motivés par une vision partagée du devenir de l eur Commune.

Le 23 mars, nous, Sauveterriens, aurons les cartes en main pour choisir l’avenir que nous voulons nous donner. Quelle équipe, quel projet, il faudra nous déterminer, en conscience. Ce sera à nous, par notre bulletin de vote, de choisir entre deux projets : celui de l’équipe sortante, ou celui de l’équipe qui s’est construite autour de ce journal d’information citoyenne.

Aussi, pour 2014, si nous souhaitons à tous et à toutes, à commencer par nos adversaires, la santé et le bonheur au plan individuel, nous souhaitons vivement que l’avenir de notre Commune soit dès le printemps prochain piloté par l’équipe « Sauveterre pour tous », conduite par Christophe Miqueu : un avenir qui rassemblera les Sauveterriens autour d’un projet réaliste, fédérateur et attractif, un avenir qui mettra l’intérêt général, la proximité et la disponibilité des élus au centre. Ainsi sur ce dernier point, délaissé actuellement, un exemple suffira pour le démontrer : Christophe Miqueu, s’il devient maire, ainsi que ses adjoints, assreront des permanences hebdomadaires en mairie afin de recevoir les habitants de Sauveterre pour traiter les dossiers qui les préoccupent.

Cette dernière Lanterne avant les élections tentera d’offrir à tous un éclairage sur ce qui est le coeur de notre vie commune, notre buget communal et la manière dont l’argent public est aujourd’hui utilisé à Sauveterre. Nous focaliserons notre attention sur la manière dont l’exceptionnelle manne (plus de 600 000 euros supplémentaires par an) issue de l’installation de la station de compression du gaz à Sauveterre en 2007, suite à l’action de l’équipe de Pierre Teulet, n’a malheureusement pas été utilisée au profit de tous les Sauveterriens. Sur ce plan, comme sur les autres, seul le sérieux devrait être de rigueur. Il n’est pas pensable d’avancer masqué, comme chacun le ressent depuis 6 ans. Il n’est pas acceptable non plus de cacher à chacun nos facilités budgétaires qui doivent être répercutées sur le quotidien et le bien-être de tous. C’est bien cela qu’il faut désormais changer en proposant un projet communal à la hauteur des capacités financières qui sont les nôtres et des services que nous pouvons donc envisager de proposer aux Sauveterriens. 

Nous vous engageons donc tous, pour cette année électorale, à exercer votre droit de citoyen, celui de voter, le plus largement possible. C’est par les urnes que vous pourrez donner à Sauveterre un nouvel avenir, et que nous tracerons ensemble un horizon vers 2020 avec une équipe motivée, qui a envie de voir Sauveterre avancer autrement dans l’intérêt de tous.

L’équipe Sauveterre pour tous.

 Qu’ont-ils fait ?

de l’argent public depuis 2008 

PHILIPPE REIGNIER ET CHRISTOPHE MIQUEU ANALYSENT LE BUDGET DE LA COMMUNE. 

Christophe Miqueu (C.M) : Philippe, tu as été pendant 7 ans en charge des finances de la commune, en tant que maire-adjoint de Pierre Teulet (maire de 2001 à 2008) et par la suite, je sais que tu as continué à t’intéresser à la gestion budgétaire de Sauveterre.

Philippe Reignier (P.R) : En effet, chaque année, depuis 2008, je me suis procuré auprès de la mairie « les comptes administratifs » de la commune qui rendent compte de l’exécution du budget et à travers eux on peut aujourd’hui dresser un premier bilan de la gestion de l’équipe actuelle pendant 5 ans.

C.M : Commençons, si tu veux bien, par ton analyse des budgets de « fonctionnement » qui prennent en compte toutes les dépenses et recettes annuelles.

P.R : Oui, regardons tout d’abord l’évolution des dépenses de fonctionnement : celles-ci, déduction faite des remboursements et des investissements faits par la commune, augmentent de 30% alors que dans le même temps l’inflation est de 8,5% et que le maire sortant s’exprime toujours dans les journaux au sujet « d’efforts nécessaires à la réduction de la dépense publique »… A ce rythme, on peut affirmer que, s’il n’y avait eu la manne de TIGF (Transport et Infrastructures Gaz de France) en 2011, la commune ne pourrait plus rembourser ses dettes et financer de nouveaux investissements en 2012.

C.M : Peux tu éclairer ce point ?

P.R : Pendant 7 ans, de 2001 à 2008, nous nous sommes attachés à dégager chaque année en fonctionnement un excédent de 300 000 euros environ pour rembourser nos emprunts et lancer de nouveaux investissements. Si l’on ne prend pas en compte la contribution de TIGF, on voit que l’excédent de fonctionnement en 2012 est quasiment nul. On peut dire que l’équipe sortante a laissé filer les dépenses sans retenue.

 

C.M : Heureusement, si l’on peut dire, TIGF est arrivé à temps pour rééquilibrer notre budget.

P.R : En effet, entre 2007 et 2012 les recettes augmentent de 62%. La taxe professionnelle acquittée par TIGF pour la station de pompage de gaz se monte à plus de 600 000 euros soit un doublement des recettes propres de la commune. C’est un cadeau énorme. Je trouve regrettable que cette manne n’ait pas profité plus directement aux habitants de Sauveterre, alors même que le maire sortant dénonce en permanence au plan départemental un « matraquage fiscal »… Certes une partie de cette somme se retrouve dans les nouveaux investissements de la commune, comme la Poste, la Mairie, la Halle ou l’Eglise ; mais la population aurait pu en profiter plus directement, à travers par exemple des baisses de tarifs sur les tickets de cantine, sur les redevances d’assainissement pour les foyers modestes. Et même pourquoi pas par des baisses de taxes locales particulièrement élevées à Sauveterre comparées aux communes de taille comparable en Gironde.

C.M : Tu soulèves là une question majeure qui devra faire l’objet d’un débat approfondi durant la prochaine mandature. C’est un enjeu central pour l’équipe que j’ai l’honneur de conduire de faire désormais en sorte que cette manne profite à la population. Nous réfléchirons précisément aux pistes que tu évoques, mais aussi à la création de nouveaux services publics, que nous détaillerons durant la campagne. Maintenant quel bilan tires-tu de la politique d’investissement menée durant 5 ans ?

P.R : Il faut attendre 2010 pour voir le démarrage de nouveaux projets. A part les travaux concernant le patrimoine (portes, églises) dont le programme avait été défini bien avant 2008 par l’équipe à laquelle j’appartenais, tout ce qui a suivi a été lancé plutôt dans la deuxième moitié du mandat avec un point d’accumulation sur 2012-2013. Je pense que là, dés le départ, il y a un manque de vision à long terme et corrélativement une absence de programmation. 

C.M : Oui, je suis bien d’accord avec toi, c’est la raison pour laquelle, avec mon équipe, nous sommes en train de prévoir un programme d’investissement crédible sur un mandat et correspondant aux nouvelles capacités financières de la Commune. Mais l’équipe sortante ne prend-elle pas prétexte du problème de trésorerie survenu en début de mandat pour différer ses projets et rejeter la responsabilité de ce mauvais départ sur l’équipe précédente ?

P.R : C’est ce qui est avancé parfois d’une manière abusive. Les problèmes de trésorerie peuvent survenir rapidement car il y a souvent des retards importants dans les versements en particulier des subventions ou de la TVA, alors que les travaux sont réalisés et payés depuis longtemps. Mais il est aisé d’emprunter à court terme, à des taux avantageux, pour résorber ces problèmes quand la situation financière de la commune est jugée bonne par les banquiers, ce qui était le cas en 2008.

C.M : Un autre grief avait été formulé à l’encontre de l’équipe précédente à propos de l’endettement. Qu’en est-il aujourd’hui de celui-ci ? Il est en effet important pour nous et pour tous les habitants de Sauveterre de savoir à l’avance dans quel cadre nous allons nous inscrire si au printemps prochain nous sommes élus par les Sauveterriens ?

P.R : L’endettement, c’est un peu la tarte à la crème de l’époque, à cause du déficit de l’Etat qui a pris des proportions inquiétantes. Mais dans les communes, les budgets de fonctionnement sont normalement excédentaires et l’endettement sert essentiellement à financer des investissements.

C.M : Pour notre commune, ne faut-il pas distinguer l’endettement de la commune avec ses services annexes (assainissement et transport) et celui du CCAS ?

P.R : En effet, pour l’emprunt principal du CCAS, la commune n’est que caution et pour ¼ seulement, si ma mémoire est bonne, le reste étant pris en charge par le Conseil Général. C’est pourquoi, je pense qu’il faut le considérer à part, d’autant que son remboursement est assuré, la demande des personnes âgées en logements étant importante.

C.M : Et pour celui de la commune au sens large ?

P.R : Après avoir baissé un peu, il se retrouve en 2012 au niveau de 2007, soit à un niveau acceptable étant admis que l’endettement des communes ne doit pas dépasser en général une année de fonctionnement.

C.M : En conclusion le maire sortant n’a pas à tirer gloire d’une baisse de l’endettement comme on l’entend souvent en Conseil Municipal… du reste, la précipitation avec laquelle les derniers investissements ont été engagés est une preuve de gestion au jour le jour, sans perspective. Quant à la faible répercussion sur la vie quotidienne des Sauveterriens de la manne de TIGF, elle est bien la preuve d’une différence majeure entre notre équipe, tournée vers l’interêt général des Sauveterriens, et l’équipe sortante… Philippe, je te remercie pour cet éclairage et il n’y a pas de doute que nous saurons en tirer les enseignements qui s’imposent pour la construction avec les Sauveterriens de notre projet municipal et sa réalisation après les élections.

Cet entretien s’est déroulé le 10 janvier 2014. 

Pin It on Pinterest

Share This