06 63 55 30 04

Samedi 18 mars, la France Insoumise et son candidat à l’élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon appellent à manifester massivement de la place de la Bastille à la place de la République en faveur d’une sixième République

Une campagne déplorable

La campagne déplorable que nous subissons confirme l’urgente nécessité de ce coup de balai institutionnel pour en finir avec la monarchie présidentielle, la corruption qui gangrène notre système politique et pour refonder la République sur une base démocratique. L’ONG Transparency International fait le constat chaque année d’une baisse constante de la note de la France dans ce domaine.

L’affaire Fillon

L’affaire Fillon montre à quel point la cinquième République est celle de l’irresponsabilité des élus, qui peuvent sans vergogne dire et faire tout et son contraire. Ainsi peut-on être élu dans cette République Président sur le programme de gauche du Bourget, et avoir mené une politique de droite pendant l’essentiel du mandat.

Une mesure d’urgence démocratique

Face à cela, il est une mesure d’urgence démocratique que notre programme L’avenir en commun propose au débat et pour laquelle je me battrai si je suis élu député en juin : le droit de révocation des élus. Cette possibilité de révoquer ses représentants lorsqu’ils ont manifestement trahi leurs engagements s’inscrirait dans le cadre d’un référendum d’initiative populaire. 

Un droit constitutionnel

Aucun élu ne devrait pouvoir échapper à la nécessité de rendre des comptes à celles et ceux dont il tient son mandat. Le droit de révocation des élus devrait même être un droit constitutionnel, qui permettrait de rappeler à chacun que seul le peuple est souverain. C’est ce que pourrait proposer l’Assemblée Constituante qui sera amenée à élaborer la sixième République si Jean-Luc Mélenchon est élu en mai prochain. 

Pour plus d’informations :

Pin It on Pinterest

Share This